vendredi, novembre 11, 2005

Histoires de Poubelles



Allez, je vous offre un peu de lecture, sur un sujet sur lequel on ferme le couvercle la plupart du temps!!

Voici un article qui a plus de 10 ans mais qui je trouve est toujours (j’espère) d’actualité !

« Cinq mythes principaux au sujet des ordures,

Par William Rathje et Cullen Murphy, publié par le magazine Smithsonian de juillet 1992.

Bien que la plupart des Américains aient des avis et des croyances au sujet de la nature de nos ordures, on constate peu d'évidence empirique pour confirmer ou nier ces idées.
En 1973, le projet Ordures (dirigé par Dr. William Rathje) a été créé à l'université de l'Arizona, avec le but d'examiner les détritus contemporains en utilisant les mêmes méthodes archéologiques employées pour interpréter les détritus de cultures passées.
Pendant les deux dernières décennies le projet Ordures a explor
é des décharges recouvertes, dans un certain nombre de villes des Etats-Unis.

Parmi leurs résultats, le projet a identifié cinq mythes au sujet des ordures et a réfuté de nombreuses croyances très répandues.

1 1. Les emballages de Fast-food, le polystyrène et les couches-culottes jetables sont les constituants principaux des ordures américaines?

L'opinion populaire est que chacun de ces trois composants prend environ 30 pour cent d'un volume typique de décharge. Les recherchent indiquent un scénario très différent.

Ces emballages prennent environ un tiers de 1 pour cent de volume d’une décharge, le polystyrène 1 pour cent, et les couches-culottes jetables pas plus de 1,4 pour cent. Le mythe a probablement surgi parce que ces articles sont si voyants parmi les poubelles

2. Le Plastique est-il également un grand problème? Les matières plastiques de toutes sortes comportent environ 22 pour cent du volume d’une decharge moyenne lors de leur dépôt initial, et seulement 16 pour cent après tassement.

Les emballages, par comparaison, prennent plus de 40 pour cent de volume d’une décharge.

3. Une certaine biodégradation de la matière organique se produit dans une décharge. La plupart des matières jetées sont assez sèches (par exemple, papier, débris de construction), et une fois que la décharge est couverte, elle coupée de l'air. Après que l'oxygène dans une décharge ait été consommé en digérant des organismes, il y a peu de décomposition dans les conditions anaérobies (processus de décomposition sans oxygène) qui suivent.

En fait, le projet Ordures a trouvé des hot-dogs entiers au cours de la fouille d’une décharge! Et des journaux vieux de 10 ans encore lisibles!

4. L’Amérique possède peu d’endroits sûrs pour établir de nouvelles décharges?

La vérité se rapprocherait plus qu’on manque d’endroits politiquement corrects et abordables plus que de place.

5. Les Américains produisent plus ordures maintenant qu’il y a 20 ans? Il est difficile de mesurer ceci dû à la pénurie de données dans le passé.

Dans le Milwaukee, cependant, on possède des chiffres sur les quantités de déchets per capita sur deux périodes distantes de vingt ans. Le poids de dechets par personne en 1959 était approximativement de 1,9 livres; alors que vers la fin des années 70 il était de 1,5 livres. En 1900, quand le charbon été employé intensivement pour le chauffage et la cuisine, l'américain moyen produisait 1.200 livres de cendres de charbon par an.

Cependant, indépendamment per capita des quantités de déchets, la population américaine est aujourd'hui beaucoup plus grande qu'elle n’était dans le passé.

Il y avait 63 millions d'Américains en 1890, contre 250 millions aujourd'hui.

Bien que beaucoup des croyances américaines au sujet des ordures se soient avérées être des mythes, la gestion de déchets solides demeure une préoccupation profonde. Une possibilité qui pourrait aider à soulager nos difficultés serait de plus fortes taxes pour la collection et l'élimination des matériaux non recyclables.

Cette méthode, on le suppose, mènera les consommateurs à exiger des emballages recyclables et les produits plus recyclables.

Une idée associée est que les consommateurs devraient être instruits et encouragés à acheter des marchandises contenant des matériaux recyclés. »

Bon, l’article omet complètement le fait que même si il y une réduction des déchets par rapport a il y a 20 ans, les États-Unis demeurent le principal pollueur de la planète.

« Seuls les Etats-Unis produisent environ 200 millions de tonnes métriques de déchets solides tous les ans.

Un Américain typique produit d'une moyenne de 2 kilos (4 livres) de déchets solides chaque jour.

Les villes des pays développés produisent bien plus de déchets solides per capita que ceux dans les pays en voie de développement.

De plus, les déchets des pays développés contiennent typiquement un pourcentage élevé des matériaux synthétiques qui prennent plus longtemps a se décomposer que les déchets principalement biodégradables des pays en voie de développement »

Sources pour l'article ici et ici

Voir egalement le site belge poubelle.org qui vous explique avec humour tout tout tout sur les consequences des dechets!

1 commentaire:

sandrine a dit…

Interessant...moi aussi j'aurais pense que les couches representaient plus que ca!