mardi, janvier 23, 2007

Work Work Work



Un petit article cette semaine, qui vous surprendra peut-être, sur les heures de travail, des américains, des français et des japonais.
Pendant longtemps j’avais cru que les japonais étaient ceux qui travaillaient le plus…détrompez-vous…
Donc puisque la culture ambiante d’ici est tout pour son boulot, voici un article de 2001 que je trouve très très intéressant…
Allez, chanceux, savourez vos 35 heures !!!
« Les travailleurs américains ont augmenté leur temps de travail par rapport au Japon et à toutes autres nations industrielles pour le nombre d'heures travaillées par an, selon un rapport publié en 2001 par l'Organisation internationale du travail.
Celui-ci souligne que les Américains ont ajouté presque une pleine semaine à leur année de travail durant les années 90. Ils ont travaillé en 2000 1.979 heures en moyenne -- c'est a dire 49 semaines et 1/2.
C'est de 137 heures supplémentaires ou 3 semaines 1/2 de plus par an que les travailleurs japonais, 260 heures (environ 6 semaines 1/2) de plus par an que les travailleurs britanniques et 499 heures (12 semaines 1/2) de plus par an que les travailleurs allemands.
Les japonais, longtemps en tete du nombre d'heures travaillées, ont pendant un certain temps été la plus grande concurrence de l'Amérique dans ce concours pour qui travaille le plus dur.


Au milieu des années 90 les Etats-Unis ont surpassé le Japon et encore plus depuis.
« ce qui est unique aux Américains est qu'ils continuent à augmenter leurs heures de travail, alors que les heures diminuent dans d'autres nations industrialisées, » a dit Lawrence Jeff Johnson, l'économiste qui a surpevise le rapport.
« Cela à beaucoup avoir avec la psyché américaine, et avec la culture américaine. Les travailleurs américains sont désireux de faire la meilleure impression, et ainsi de faire beaucoup d’heures. »
Beaucoup d'économistes disent que les statistiques démontrent que le boom économique des États-Unis des années 90 a fourni du travail pour des dizaines de millions d'Américains. En revanche, les économies de l'Europe et du Japon se sont développées bien plus lentement, le cas échéant, entraînant beaucoup d’entreprises à une réduction de la semaine de travail.
Parmi les raisons des grandes différences entre les Etats-Unis et d'autres pays est que les Européens prennent typiquement quatre à six semaines des vacances tous les ans, alors que les Américains prennent deux à trois semaines.
Puis, il y a la France. Tandis que les employeurs américains continuaient à ajouter des heures supplémentaires pendant les années 90, en France le gouvernement a ramené la semaine de travail officielle à 35 heures dans le but de pressuriser des compagnies pour embaucher plus de gens.

Mais il y a aussi un autre avantage. Les travailleurs français sont en fait plus productifs par heure que les Américains.
L'Organisation internationale du travail a classifié les Etats-Unis numero1 des dans le monde pour la productivité par travailleur. Mais en partie en raison du nombre comparativement élevé d'heures que les Américains travaillent, le rapport a constaté que la France et la Belgique ont en fait dépassés les Etats-Unis dans la productivité par heure. La France, termine donc en tête de liste, avec $33.71 de valeur ajoutée par heure en moyenne, comparé à $32.98 pour la Belgique et à $32.84 pour les Etats-Unis !!! »

Oui vous avez bien lu, prendre plus de vacances ne vous rends pas plus faineant, mais plus efficace !!! ;)

Ps: les images font reference a la phrase prononcee par ce cher buisson lors du debat des presidentielles, faisant allusion a la fonction de president, celui-ci a dit "it's hard, it's hard work"!!! hillarant...

Article source en anglais
un autre site sur ce sujet en anglais
le rapport de l"OIT en francais

vendredi, janvier 12, 2007

Histoire de Plaques...

ca y est, je vous l'avoue, une des raisons pour lequel j'ai moins de temps pour le blog est que... oui j'ai achete une bagnole....
par un hummer je vous rassure, juste une petite cacaouhete pour m'emmener u point a au point b sans grand flonflons!
Bon et du coup le DMV (department of motor vehicles), institution publique qui s'occupe de tout ce qui a rapport a votre voiture, m'envoie mes papiers accompagnes de ceci:

un petit flyer pour me proposer de changer ma plaque d'immatriculation pour en acheter une avec un nom sur mesure, ou pour sponsoriser des bonnes causes!
la plaque avec des fleurs sponsorise les ecoles, les palmiers c'est pour l'Art, ou en core pour le park du Yosemite, sauver les baleines, et je vous en passe...
Dans la serie on peut aussi soutenir les veterans militaires et contribuer a un fond anti-terroriste...
Les plaques se payent bien entendu 90$ en moyenne avec un renouvellement de 70$ par an environ...
ben c'est pas moi qui vais personaliser ma plaque... un bumper sticker fera largement l'affaire!!!

Voici quelques plaques rigolotes croisees sur l'internet:

en gros, ca veut dire fuck Bush!!! (dubya est la prononciation texane de W)


more Miles Per Gallon, autrement dit plus de kms avec moins d'essence!


sur cette voiture electrique, l'essence ca pue!!!

apres rectification: la plaque de l'avant et de l'arriere sont obligatoires...
a+!

lundi, janvier 08, 2007

Une Ballade a Potrero Hill...

Voila la Sardinette de retour!
j'avais pris quelques vacances prolongees en vrai et avec le blog, comme vous avez pu le constater!!!
de retour pour une petite ballade nocturne du cote du quartier de Potrero Hill, autrefois un quartier ouvrier et populaire,

qui possede une des vues les plus magnifiques sur le quartier des affaires et ses gratte-ciels!
Ce quartier est relativement isolé par des autoroutes et des zones industrielles, donnant un sentiment de distance par rapport a « San Francisco. »
Les origines du quartier remontent au moins à une concession de 1835 à Don Francisco de Haro pour faire paître le bétail de la mission Dolores sur un « nuevo potrero » (« nouveau pâturage »).
La ruee vers l’or a commencé le premier de beaucoup de vagues d'urbanisation et d'immigration : Ecossais vers 1860, puis Irlandais, Chinois, Russes, Mexicain et habitants du sud finalement afro-américains dans les années 40, pour la construction aux chantiers navals du temps de guerre.
Tandis que les familles vivaient sur la colline, dans la partie plate on trouvait des sociétés comme U.S. Steel, the Union Iron Works, the Western Sugar Refinery, Bethlehem Shipbuilding Co. and American Can Co.,entre d'autres…Le quartier est donc demeuré en grande partie industriel durant une bonne partie du 20ème siècle.


photo from skinnymag
Voila une photo de jour pour vous donner une idee de la belle vue!


En se balladant, plein de petits coins sympas et beaucoup de restos, et de librairies.


J'ai eu ouie dire que la "Petite Patisserie" sur 18th street est excellente (et biologique en plus)!
Faudra y refaire un tour durant la journee!!!


des t-shirts rigolos dans une boutique!


Beaucoup de restos ou boutiques aux noms francais, ca sonne pas trop working class tout ca!!!


egalement sur 18th street, Hazel's Kitchen n'a rien perdu de son look annees 50!


j'aime beaucoup les petits bancs autour des arbres!


un cactus psychedelique peint sur un mur.



Voila pour la petite ballade !
A noter: ce quartier est celebre pour avoir vu grandir O.J Simpson!!
Plus d'infos en anglais sur ce site !
Plus de Photos sur le site du SFGate.
Tout tout tout sur les boutiques du quartier ici!