mardi, avril 11, 2006

Le temps ne fait rien à l'affaire...




























Des fois, j'en rêve...

Allez quelques remarques et questions sur ma vie parmi les expats français en Californie !

A force de fréquenter mes concitoyens, j’ai réalisé que c’est pas parce qu’on est français en terre étrangère, qu’on a forcement quelque chose en commun et qu’il y a peu de citoyens (du monde) et pas mal de c…s !

Je me suis rendue compte qu’il y a en effet deux sortes d’expats français très différents les uns des autres…

En effet, bien qu’ayant la nationalité française en commun, on peut distinguer les français aux Etats-Unis par la façon dont ils sont arrives sur le sol américain !!

Vous ne me croyez pas ??

J’ai eu de malheureuses expériences avec les personnes on va dire de la catégorie expatriés « de luxe ».

Je m’explique : en général des français ayant fait des Grandes Ecoles, des « cerveaux » (je me marre), et plus en détail, en particulier des scientifiques ou des universitaires…

Les autres, les « second class citizens » comme moi, se sont mariés a des américains, ou sont arrivés avec leur valise sous le bras et ne sont jamais repartis !

Donc on va dire que les premiers ont bien souvent leur déménagement depuis la France tous frais payés (j’en ai vu qui avaient amenés des meubles tout a fait miteux, mais bon c’est gratuit alors autant emmener le canapé troué !!), ainsi que leurs frais de visas, et le plus souvent assorti d’un salaire mirobolant…

J’exclurai donc de cette catégorie les visas de travail saisonniers (rectification j'avais mis touristique!!! on peut pas travailler avec, lol!), qui eux, sont payés au lance pierre et ceux de la restauration qui sont quand même plus modeste (quoique je pense a certains chefs cuistots qui se la jouent parce qu’ils sont aux États-Unis, ah la la c’est gravissime) …

Donc, la plupart de ces gens quand vous les rencontrez, vous regardent de haut, et vous font savoir leur supériorité incontestable.

Le pire est encore l’attitude de certains français expats face aux américains, pleine de préjugés… les couples franco-francais fréquentant uniquement des francais sont les pires… Et vas-y que je te donne des leçons !


Je ne dirais pas qu’il n’y a pas de cons parmi les autres, mais j’en ai moins rencontré !

Peut-être est-ce du au fait que ces français sont « voulus » pour leur compétence, et c’est la raison première de leur expatriation dans un pays « supérieur » (on parle économiquement bien sur….).

Ce qui expliquerai leur attitude de paon gonflé envers les autres expats (et en general)?

J’ai entendu deux ingénieurs français me dire « Nous on est la crème de la crème ! ».

Laissez moi rire…

Est-ce que le statut social et un salaire élevé enlèvent toute possibilité d’humilité et de bon sens ???

On dirait ben qu’oui !!!

grrrrrrrrrrrr....


Wiki Mon Amour!

17 commentaires:

Tomate Farcie a dit…

Eh, ben, dis-donc, elle est remontee la sardine, aujourd'hui! C'est comme je disais dans mon dernier billet, le mauvais temps commence a se faire sentir un peu chez tout le monde! ... ;-)

Comme je n'ai pas beaucoup d'experience avec les 2 categories de Francais que tu nous proposes, je rajoute une 3e categorie, celle que je connais la mieux, celle des Francais qui sont la depuis tellement longtemps (quand je dis "longtemps" je veux dire VRAIMENT LONGTEMPS, comme par ex., moi j'en connais qui sont la depuis le debut des annees 60!!!) et qui n'ont plus de Francais qu'un passe tres tres lointain car ils ont depuis change de nationalite, de mentalite, oublie la langue, et petit a petit on plus ou moins perdu le contact avec la France... A part un monsieur que je connais depuis une dizaine d'annees, et qui est reste assez sympa, mon experience personnelle c'est que cette communaute de Francais bien installes ici est assez hum.. disons difficile a aborder comme ca je reste polie ;-).

Alors un jour, l'annee derniere, parce que ca faisait longtemps que j'avais pas bavarde avec des Francais, je me suis joint au groupe de www.entresanfrancisco.com pour une ou deux sorties. J'etais tres agreablement surprise de rencontrer des jeunes super-sympa, intelligents, avec generalement une bonne attitude envers les Etats Unis ... certains sortaient de grandes ecoles mais pas tous. D'ailleurs, il y avait un patissier du Sud de la France particulierement sympa qui mettait beaucoup d'ambiance et que tout le monde avait l'air de bien aimer. C'est dommage qu'il soit installe si loin dans le Sud de la Baie car sinon, j'irai bien prendre mon pain ou des trucs chez lui pour l'aider un peu a demarrer, il avait l'air tellement sympa.

Tiens, ca me rappelle un 4eme groupe de Francais: les touristes! Attention, y'a plein de gens biens qui se promenent dans les rues de San Francisco, j'en vois, des familles habillees toutes pareil avec leurs petit appareil photo et leur plan de la ville, mais il y a aussi des sacres connard qui parlent trop fort et se moquent des Americains en les montrant du doigt et en pensant qu'on ne les comprends pas. Et ceux la, je vous assure, qu'estce qu'on aimerait leur mettre un pied au c... un bon coup de frein dans le cable car, et hop ils degringoleraient vite fait!

Tomate Farcie a dit…

ooops. Sorry for the long post. Didn't notice!

Tomate Farcie a dit…

Euh, oh parle en general, bien sur, les cas particuliers c'est different ;-)

Arnaud H a dit…

100% d'accord avec toi...

Je dois dire d'ailleurs que je n'ai ici qu'une seule véritable amie française. Plein de connaissances françaises, mais pas vraiment de gens que je puisse appeler un ami, à part un copain qui est à LA.

Je suis un peu entre les deux catégories que tu décris. Je suis venu ici grâce à une offre d'emploi, mais je n'ai qu'une licence de lettres. Je me démarque donc pas mal des Français diplômés desdites "Grandes Ecoles" de commerce ou d'ingénieur.

Mon profil et mon parcours professionnels sont assez particuliers et uniques eux aussi.

Je dois dire que l'une des raisons qui font que je fréquente peu de Français est en effet cette tendance parmi beaucoup à vivre dans une petite bulle d'expatriés, s'intéressant finalement peu à la vie locale et à la culture (y compris la pop culture) américaine...

Jerome a dit…

//et plus en détail, en particulier des scientifiques ou des universitaires…//

Well, nous n'avions pas eu de frais payé. J'aurai bien voulu et malgré les hautes études, le salaire de ma femme, même américain, était assez misérable. Pour les post-doc la situation est loin d'6etre aussi caricaturale. Sans compter la précarité et le stress des concours de la recherche française.

Donc dans cette catégorie, il y a des sous-catégories !
Attention ;-)

J'ai rencontré une serveuse à NYC qui se la racontait "c'est vachement mieux ici qu'à Paris, tu comprends..." alors qu'elle travaillait avec un visa touristique...

Mais je suis d'accord avec toi, et je l'ai tjs dit, ce n'est pas parce qu'on est français (voir européen) qu'on doit forcément se fréquenter et/ou sympathiser alors qu'en France on se serait royalement ignoré.

Il faut encore avoir des atomes crochus. M

Sardinette a dit…

Merci pour vos commentaires instructifs!
Oui Tomate, on peut faire une categorie des francais arrives il y a des plombes, mais bon on peut les mettre aussi bien dans les 2 categories aussi! reflechis a ceux que tu connais, je suis sure que tu vas retrouver des traits familiaux...
Et ne t'excuses pas pour le long post, c'est fait pour ca!!! ;)

Arnaud, je te ferais dire que les francais dont je me suis inspiree sont en effet, des "connaissances". Ca s'arrete malheureusement la, apres quelques remarques et actions desobligeantes, je fuis!!!

Bien sur Jerome! Je n'inclus pas tout le monde mais c'est dur de decrire quelquechose vaguement!! Je te rassure, je trouve ton blog absolument sympa, donc c'est que tu dois l'etre aussi! :)))

Je pousse juste mon p'tit coup de gueulle, ca me fait tellement rager cette attitude superieure, qui malheuresement confirme l'image des francais vue par les etrangers...

sandrine a dit…

Je pense la même chose! Ici autour de DC c'est tres visible : il y a ceux qui vivent a Bethesda et Georgetown, pres de l'ecole francaise, qui travaillent pour l'ambassade et se sont fait expatrier aux frais du contribuable.....et puis il y a les autres, ceux qui sont venus pour immigrer ou rester un bon bout de temps. Les premiers ont une attitude différente car ils savent qu'ils vont rentrer en France, vivent dans un milieu francophone en permanence ou presque.......donc font peut etre moins d'efforts pour s'integrer---je peux le comprendre, a quoi bon s'attacher si on sait qu'on va repartir?

Mon couple est franco-francais (enfin, reunionnais francais!) et c'est vrai qu'au debut on frequentait surtout d'autres francophones mais on n'avait pas le choix : c'est quand meme long de s'integrer, de se sentir assez a l'aise pour parler la langue, etc. Je le dis toujours : c'est plus facile de s'integrer quand le conjoint est americain! On a une famille toute faite sur place....

Tomate Farcie a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Tomate Farcie a dit…

En fait, j'en connais pas des Français, à part ce monsieur, avec qui on avait en commun l'informatique et le sens de n'appartenir n'y a un pays ni à l'autre, mais rien d'autre.

Les autres Français, en général, on ne peut pas les aborder du tout et à part les jeunes du groupe d' entresanfrancisco.com que j'ai perdus de vue aussi vite que je les avais rencontrés, j'en connais pas.

J'avais esperé trouver d'avantage de gens "comme moi" dans la blogosphere, mais je ne sais pas si la Toile est tellement différente de ma vie de tous les jours.

Chris a dit…

Ah la la, en voila un beau pave dans la marre !!

En ce qui concerne "les chefs cuistots qui se la jouent parce qu’ils sont aux États-Unis", les borgnes ne sont-ils pas rois au royaume des aveugles ?

Je rajouterais juste une chose: les communautes d'etrangers en France et ailleur (par exemple les Portugais, les Chinois, les Italiens, les Latinos etc.) me semblent TRES soudees et ils s'entraident enormement entre eux. Helas, je n'ai pas l'impression que ca soit la meme chose en ce qui concerne les Francais...

brigetoun a dit…

oh tu sais ils sont tout aussi insuportables en France. Une de mes nièces assez charmante et plutôt (pour ne pas dire plus) intelligente est psychologue et bien sur ne gagnera jamais des sommes folles mais c'est un choix. Elle était amusée mais assez furieuse après avoir rencontré une nouvelle belle-soeur de son âge qui terminait une école de commerce et qui avec une innocence un peu dédaigneuse s'est étonnée "on fait des études pour ça ?", puis s'est bien entendu désintéressée d'elle

Tomate Farcie a dit…

Oui, justement, on fait des etudes pour ça, et pour des tas d'autres choses! Il faut avoir l'esprit plus ouvert que ça et c'est justement une des qualités que j'aime bien chez les gens ici, et surtout en Californie, c'est qu'ils ont l'esprit innovateurs, ils n'ont pas peur d'essayer des choses nouvelles, pas peur du ridicule, etc. Peut-etre c'est "l'esprit pionnier" qui veut ça, j'en sais rien. Bon, ils n'ont pas que des qualités, je ne dis pas ça non plus! :)

Anonyme a dit…

les communautes d'etrangers en France et ailleur (par exemple les Portugais, les Chinois, les Italiens, les Latinos etc.) me semblent TRES soudees et ils s'entraident enormement entre eux. Helas, je n'ai pas l'impression que ca soit la meme chose en ce qui concerne les Francais...

BINGO! Tout à fait d'accord avec toi!

Sardinette a dit…

Oui Sandrine, j'imagine qu'il est beaucoup plus facile de s'integrer quand le conjoint est local!!! d'ou la tendance pour les couples 100% francais de rester dans sa p'tite bulle francaise ou sa p'tite bulle du travail sans chercher a socialiser... je comprends.

Tomate tu as raison, c'est tres difficille d'aborder des francais, du moins d'avoir une conversation sympa avec un expat francais rencontre au hasard, ca m'est rarement arrive!
Pour rejoindre ce que dit Christophe, je vois par exemple mes amis latinos, quand ils se rencontrent sans se connaitre, ils sont tous contents de faire connaissance et de se parler!!
Alors que la pluspart des francais ici adoptent une attitude blasee.
C'est bien dommage!
merci pour les autres commentaires egalement! c'est sympa quand tout le monde met son p'tit grain d'sel!

transall a dit…

Bonsoir à tous,

Je découvre ce blog ce soir et, sans être français expatrié aux U.S.A., il se trouve que j'ai tout de même ma petite idée sur le sujet...

Pour les ahuris qui ont osé sortir qu'ils étaient "la crème de la crème", il convient juste de noter que ladite crème fait comme tout le monde chaque matin... elle baisse son pantalon et, selon les jours, pousse plus ou moins fort pour nous faire son petit caca matinal.

Je sais, je sais... c'est un peu osé comme approche mais faut bien avouer que certains oublient vite d'où ils viennent, qui ils sont et où ils vont (mais ça ils ne le perçoivent pas toujours très clairement).

Bref, il se trouve que mon père était militaire de carrière et que nous avons (un peu) séjourné à l'étranger.

Les expatriés se ressemblent, qu'ils soient en Afrique ou aux "states", on retrouve les mêmes grandes gueules, les mêmes gens aptes à vivre en société (heureusement) et, hélas, les mêmes c...s qui se retrouvent entre eux le soir autour de l'apéro.

Je me souviens d'un séjour à Djibouti où nous allions systématiquement accueillir à l'aéroport les nouveaux mutés sur la base. Prise en charge des arrivants pour la tournée administrative, découverte de la ville, soutien en attendant que l'épouse et la famille arrive de France.

L'armée, du moins celle des années 73/75, avait probablement bien des défauts, mais elle avait aussi des qualités et notamment un esprit d'entre aide lorsqu'on était à l'étranger.

Une fois se retraite prise, mon père est parti en tant que civil dans une usine de traitement de la canne à sucre au fin fon du Gabon. Société civile, personnel civil et tout et tout... et surtout ambiance totalement différente de celle qu'on avait connue. Chacun pour soi, gagner le plus d'argent possible, ne pas trop de poser de question quant à savoir si son voisin a besoin de quoi que ce soit, et basta.

Autant dire que l'expérience ne fut pas vraiment engageante et le retour en France une réelle bénédiction pour quitter certains "petits chefs" qui n'avaient rien compris à l'existence.

Bref, français vivant aux U.S.A., portugais vivant en France, ou toute autre communauté, je pense que les problèmes sont les mêmes. On tombe toujours sur des gens intelligents et des gens dont la bêtise donne une idée de l'infini... mais c'est ainsi.

Autant se dire, comme le veut l'adage, qu'on "est toujours le con de quelqu'un" et prendre les choses avec un profond recul.

Bon courage donc dans l'agrandissement de votre cercle d'amis...

Amitiés,

Didier

Sardinette a dit…

merci Didier pour ce petit bout d'histoire perso!
et oui! je susi surement la "conne" de beaucoup de gens apres avoir ecrit cet article!!! ;)))

transall a dit…

Salut Sardinette,

Tout d'abord merci d'être venue faire un petit tour sur mon blog perso, et amitiés à une landaise de coeur...

N'aies pas de regrets d'avoir écrit ton message sur les expatriés français. Il semble que tu soies tombé sur deux caricatures (les "crèmes" se reconnaîtront), mais heureusement tout le monde ne joue pas dans la même catégorie qu'eux. Ce serait à désespérer de la nature humaine. Il reste encore des gens sympas, français ou autres, tout à fait conscients des règles de vie en société.

A une époque, je travaillais dans le notariat et j'ai eu l'occasion de croiser un client dont le QI aurait fait palir de jalousie les crèmes précitées. Ledit client avaient en plus des moyens financiers que les deux zigotos n'auront probablement jamais.

Eh bien, mon client était d'une amabilité et d'une intelligence rares, le genre de rencontre qui te fait apprécier les autres... J'ai retiré (il est, hélas, aujourd'hui décédé) beaucoup de plaisir à passer de longs moments en sa compagnie, à discuter de tout et de rien.

Alors, l'heure n'est pas au désespoirt et tu croiseras probablement quelques français "biens" !!!

Dans l'un des messages, tu cites les latinos qui s'étreignent très facilement. Personnellement, je ne suis pas sûr que ce soit une preuve évidente de solidarité. Je préfére les choses moins démonstratives mais plus profondes...

Amitiés,

Didier